Le Woofing

0 Flares 0 Flares ×

Woofing, ou Wwoofing, est une expression qui vient de : « wwoofer » ; Willing Worker on Organic Farms, travailleur bénévole sur des fermes biologiques.
Vous souhaitez partir en vacances mais vous n’avez malheureusement pas les moyens financiers de payer votre séjour ? Pas de problème. Il existe une solution : le woofing. Le woofing vous permettra de partir en vacances et d’être nourri et logé en échange de quelques heures de travail chaque jour. Une solution que vous devriez tester dès maintenant.

Ferme bio

Ferme bio


Le Woofing tend à devenir une pratique de plus en plus populaire et il nous a donc semblé être nécessaire de vous livrer notre point de vue sur ce concept.

Alors, déjà qu’est ce que le Woofing ? Apparu pour la première fois dans les années 1970, le Woofing permet à des jeunes de découvrir une culture et de passer des vacances en échange de quelques heures de travail chaque jour.

L’objectif est d’apprendre une nouvelle culture (langue étrangère,…) ou bien de s’initier à la culture biologique. Il est bien sûr possible de passer quelques heures de vacances car bien souvent les woofers ne travaillent pas toute la journée (juste quelques heures) et il est donc possible d’utiliser le temps de libre pour travailler à l’étranger.

Bien que le Woofing puisse paraître séduisant, il faudra tout de même comprendre que ce n’est pas une technique sans risque. De nombreux woofers ont déjà été « surexploités » par les fermiers : travail plusieurs heures par jour dans des conditions précaires, hébergement dans des chambres insalubres, peu de repos, alimentation de pauvre qualité,… Les cas de woofers qui ont été surexploités ne sont pas rares et il vous conviendra donc de bien vous renseigner. Les woofers peuvent parfois paraître comme une main d’œuvre facile et bon marché aux yeux des fermiers.

Étiquettes : , , , ,

2 thoughts on “Le Woofing”

  1. Le concept du woofing est très intéressant mais comme tu le dis souvent l’expérience ne répond pas aux attentes. C’est le cas notamment d’une amie qui pensait pouvoir perfectionner son anglais et qui s’est retrouvée toute seule pendant un mois dans la ferme. Donc c’est vrai avant de partir, je pense qu’il est important d’enquêter, de s’entretenir avec le fermier à plusieurs reprises, etc.

  2. Machja dit :

    Je me méfie également de ce concept, et aurais un peu peur de mal tomber. Je ne sais pas s’il existe déjà une association des fermes biologiques qui pratiquent du woofing, mais ce serait très bien de la créer. 😉
    Les particuliers volontaires pourraient trouver une liste des fermes qui respectent certaines règles de bonne conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×