Le bonus écologique est une réussite

0 Flares 0 Flares ×

« Les ventes de voitures émettant moins de 100 grammes de CO2 ont été multipliées par cinq et 55% du marché des voitures a bénéficié du bonus. On a transféré plus de la moitié du marché vers les voitures peu émettrices », s’est félicité lundi sur RMC et BFM-TV, le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo. Selon les données fournies par le Comité des constructeurs français automobiles (CCFA) au premier trimestre 2009, 286.000 voitures (sur un total de 505.456 voitures) ont été vendues avec le bonus écologique.
co2

Prise de conscience écologiste ou simple réponse des automobilistes français aux aides mises en place pour favoriser les achats plus « verts » ? La seconde hypothèse semble la plus vraisemblable pour un secteur comme l’automobile où l’effet prix a été dopé par la prime à la casse et du bonus écologique. Et en l’occurrence, la vogue des voitures moins polluantes profite surtout aux véhicules d’entrée de gamme. Déjà, le bilan de l’année 2008 indiquait un regain de faveur pour le segment des voitures « économiques et inférieures » qui avait représenté 50,5 % du marché, contre 44,7 % en 2007 . Une tendance qui s’est accentuée au cours des trois premiers mois de 2009 puisque les voitures de cette catégorie trustent 7 places dans le Top 10 des voitures particulières les plus vendues en France. La Peugeot 207 (6,4%) et la Renault Clio (6,7%) trustent les deux premières places (voir le document ci-dessous). Suivent la Renault Twingo (4ème avec 5,5% des ventes), la Citroën C3 (7ème avec 4,2%), la Volkswagen Polo et la Ford Fiesta (8 et 9ème avec 2,3%) et la Peugeot 206 (10ème avec 2,1%).

« Avec le package, bonus écologique plus prime à la casse et les efforts que font les différents constructeurs, l’acheteur réalise aujourd’hui une économie de 1750 euros », calcule-t-on au CCFA. Bref, le marché français bénéficie à plein du bonus/malus instauré fin 2007 et de la prime à la casse de 1.000 euros, mise en place en décembre dans le cadre du plan de relance anti-crise pour inciter à la mise au rebut des voitures particulières ou les utilitaires légers de plus de dix ans. M. Borloo a indiqué que cette mesure allait se poursuivre : « Il est même prévu que l’on déplace légèrement le curseur vers des voitures de plus en plus propres », a-t-il indiqué.

Source: Les échos

Avis de Bio écolo:
Cette mesure montre une efficacité certaine et permet une réduction des émissions globales de CO2.
Cependant, on continue à prôner la consommation, qui doit être le moteur de l’économie. N’est-ce pas une vision archaïque des choses?

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 0 Flares ×